Ces mots ont été des cadeaux

Pendant le confinement, chaque jour, j'appelerai un.e client.e qui me livrera les mots qui on t changé leur vie pour le meilleur.

A qui offrirez-vous des mots-cadeaux aujourd'hui ?

 

 

 

 

« Qu'est-ce qu'elle est con, celle-là »… « C'est pas possible d'être aussi bête »….
Voici les mots maternels qui ont nourri l’enfance de Genny.


Même si elle développe secrètement la croyance qu’elle n’est « pas plus bête qu’une autre », elle reçoit en cadeau, vers ses 16 ans, les mots de son âme sœur, Fabien : « tu es la personne la plus intelligente que j’aie jamais rencontrée ».


C’est un boom en pleine face, une révélation, un cadeau qui scelle une histoire d’amitié encore vivace et particulière 25 ans plus tard et une confiance en elle qui permet tout.

Genny est devenue professeure des écoles, s’est découverte HP (Haut Potentiel). Elle a appris une autre langue que cette langue maternelle, toxique. Elle a développé son langage pour exprimer son extrême sensibilité : positif, encourageant, bienveillant, pour ses enfants, ses élèves et ses proches. Elle écrit des nouvelles, des poèmes, rêve de mettre en mots sa musique personnelle.
Elle sait le poids des mots sur la construction personnelle. Elle est attentive aux messages, justes et essentiels comme aux gestes qui les portent vers l’Autre.

 

Elle a proposé une affiche livre d’or à colorier à ses amis pour ses 40 ans, offert des chaussettes Hakuna Matata à son frère, fait livrer une boite à Waouh d’anniversaire pour les 40 ans de ses proches. Parce que ces cadeaux sont des cadeaux porteurs d’un supplément d’âme, des supports pour dire « je t’aime » à elles et ceux qui comptent pour elle.

Ses mots préférés : « whisper » (en anglais, « chuchotement ») et tous les mots prononcés par Lambert Wilson.

Merci Genny pour vos mots, votre sensibilité et votre fidélité.

laurence

 

 

 

Laurence manquait de confiance en elle. Le syndrome de l’imposteur lui était familier.
Il y a 5 ans, elle engage un parcours de reconversion. Sur son chemin, cette citation incruste son coeur et son mental, elle devient son mantra : « Saute, et le filet apparaitra ».

 

Ces mots ont fait TILT immédiatement. Ils ont déclenché l’action et mobilisé ses ressources : elle crée le site internet de sa nouvelle activité, alors que tout n’est pas parfaitement sous contrôle.

 

Cette perfectionniste accepte de faire de son mieux. Elle ne fera pas tout bien à 100%, nul n’est tenu à la perfection. Mais elle saute, elle se lance, avec la confiance que la vérité de ses intentions sera un bon début, le meilleur possible.


Laurence est devenue coach en Education positive et accompagnement de profils neuro-atypiques. Il lui est devenu très naturel de ne pas savoir, de l’accepter et de constater qu’elle aide vraiment : écouter, accepter de ne pas tout maitriser, mais toujours, agir au mieux de ses ressources pour fabriquer l’Amour de Soi.

 

Laurence aime les mots. Depuis toujours. Elle apprécie « les mots sont des cadeaux » parce que la boutique place les mots et les émotions au centre de la vie, de façon jolie.

 

Dans son cabinet, ses clients ont pu s’imprégner des 16 phrases du Manifeste Holstee, des petits bouts de phrases ressourçants, inspirants, ouverts et qui ramènent à l’essentiel.

 

Un mot qu’elle aime : « animé » , parce qu’on est animé par des émotions positives et négatives, mais c’est dans ce mouvement et ces contradictions que se nourrit la Vie.

Merci Laurence pour cette conversation lumineuse. J’ai ressenti un Frisson… un truc magique, un moment de grâce qui dit la connexion profonde. Nous ne nous connaissions pas. Je suis tellement contente de vous avoir rencontré au téléphone aujourd’hui.

La vie nous invite, personnellement, et collectivement à « sauter » dans un nouveau monde. Je souhaite à chacun.e de trouver les ressources pour construire le « filet » le plus adapté et le plus confortable. Seul.e et ENSEMBLE.

caroline

 

 

 

C’est un cancer ! Caroline a 37 ans quand on lui annonce la maladie. C’est un tsunami.
POURQUOI ? POURQUOI elle ? POURQUOI maintenant ?
Pendant 3 mois, cette question obsessionnelle la confine dans une impasse. Toutes les hypothèses sont évaluées, médicales, psychologiques, symboliques… sans donner de clés.


Sa kiné l’invite à se reprogrammer. A partir de maintenant, il faut penser « Me, Myself and I ».
Alors qui est ce « Me » ? qu’aime-t-il ? que veut-il ?
C’est une révélation. Fin du POURQUOI, Caroline pense « POUR QUOI » !


Couper le mot en 2, c’est une libération. Elle accepte la maladie et réfléchit à ce qu’elle va en faire : placer les curseurs autrement !  Donner son temps à sa famille d’abord, se mettre au piano, intégrer l’association les Blouses Roses, méditer en pleine conscience… Elle reprend le contrôle et s’autorise le pouvoir du présent. Elle fait à nouveau la pluie et le beau temps dans ses émotions : au jardin, elle fabrique un arc en ciel avec le jet du tuyau d’arrosage. Ce POUR QUOI, c’est un Hymne à la Vie.
Caroline guérit. C’était il y a 13 ans. 


Elle aime les mots, elle s’en nourrit. Les mots c’est une chanson, une caresse, la liberté, l’évasion. Elle cite Joseph Kessel. Ces mots lus il y a 6 mois sont accrochés comme une toile de maitre dans son cœur « il était comme oint d’huile et poudré du pollen du monde » (Kessel décrivant Mermoz).

 

Elle a faire fleurir un petit arbre de sakura. Elle a offert des poupées japonaises à message, des bijoux gravés, une cassette à message…Elle aime « les mots sont des cadeaux » parce que tout y est délicat, les produits, les mots.

Son mot préféré : « confiance ». Parce que c’est un élan de vie. « Merci pour les roses et merci pour les épines » (Jean D’ormesson).

Et Merci Caroline pour ce formidable témoignage. Les mots racontent notre vision du monde. Couper ce mot en 2 (passer du Pourquoi au Pour Quoi) raconte un chemin et un instinct de vie. Quelle belle énergie et quelle lumière en vous !

benoit

 

 

 

Lundi 9 septembre 2019. 10h30. Le téléphone annonce dans un tonnerre de lumière : "une petite fille vous a été apparentée".
Comment décrire plus clairement le bonheur de Benoit et Valérie à cet instant ?
L’agrément d’adoption date de…2007 ! Ces quelques mots célèbrent l’aboutissement de12 ans de rêves et d’obstacles.

Marathon ? Ultra Trail ? Le monde sportif n’a pas osé ce genre d’épreuve. Seule la Vraie Vie réserve ces victoires au gout unique à ceux qui les portent et les défendent avec autant de détermination.

Adopter en Chine. Un Everest. Il en a fallu des mots, les choisir et les « défendre », les traduire et les authentifier, les transporter, les renouveler comme les vœux d’un bonheur auquel on n’ose pas tout à fait croire….

Elle est enfin là, « cette enfant à particularité ». Sa particularité ? Sa bonne étoile !
Abandonnée, recueillie par la police, son dossier d’adoption égaré, ses nouveaux parents bloqués par les grèves à Paris, son départ de Wuhan un jour avant le blocus COVID, son baptême en France la veille de l’annulation des offices religieux... Elle rayonne de ces victoires sur le fil du rasoir. Elle adopte une famille lumineuse qui témoigne d’abord de la solidarité qu’elle a rencontrée dans ce parcours d’obstacles.

Benoit aime les mots, leur sens, leurs nuances. Il aime les écrire plutôt que les dire, parce qu’on peut les peser avant de les poser.

Il va sur « les mots sont des cadeaux » quand il a envie de faire plaisir à quelqu’un. Offrir, c’est faire passer un message, c’est donc aussi des mots. Il apprécie la variété des produits. Il a offert à Valérie un bracelet gravé des prénoms de leurs enfants. La famille, encore…

Les mots de Benoit sont noués d’une émotion terriblement contagieuse. Je garde ses mots comme des trésors. « Elle ne parle pas encore mais elle a dit «maman ». On est heureux »….Moi aussi quand je l'entends...MERCI

maud

 

 

 

Ecoute !

Ecouter. « Ne pas s’approprier ni se projeter, mais apprendre à ressentir ce que les mots veulent vraiment nous dire ».

On a tous appris à parler. Qui a appris à vraiment écouter ?
Maud a fait cet apprentissage il y a 4 ans, à l’âge de 34 ans. Professionnelle de la communication, elle est en fait beaucoup dans l’agitation, qui fait écran avec ses interlocuteurs. L’Energie s’épuise.
Elle prend la décision de se former au coaching.

Elle découvre l’écoute active : être présente à soi pour être présente aux autres. Elle muscle son attention, développe son intuition.
Et puis elle entend : les mots et les intentions, les vibrations et les silences. Elle se croyait dans le mental, elle se révèle dans l’émotion. Parce qu’elle entend, elle se connecte. Elle peut alors poser les mots justes, ceux qui guident. Ecouter, c'est un entrainement. Avec ses clients ou ses proches, elle se voit être « là » ou parfois « loin ». Elle en mesure les incidences. Mieux écouter, c’est nouer une relation durable et vraie avec ceux qu’elle aime ou qu’elle aide. C’est une posture à somme positive qu’on acquiert, pour la vie.

Maud a hérité de l’amour des mots. A la suite de sa mère et de son arrière grand père, elle met en mots les fêtes et les grands moments de sa vie.. Elle joue des « Maudésies », ses poésies dont les mots scintillent et où ses lecteurs se mirent.

Maud aime le nom de ma boutique. Elle a proposé plusieurs fois des affiches à empreintes à ses invités, avec le même succès. Dans ce cadeau, il y a beaucoup d’amour et de générosité. Chacun laisse sa trace et la joint aux autres.

Son mot préféré : Amour. Elle y voit du partage et du rayonnement, c’est une énergie démultiplicatrice.

Merci Maud pour ce moment où nous nous sommes réellement écoutées…et je peux le dire, entendues, comprises et appréciées. J’ai aussi entendu votre sourire, votre belle énergie, qui feront le succès de vos prochains projets. MERCI !

 

severine

 

 

 

Ces mots arrivent comme un joli refrain, par 3 fois, dans la vie de Séverine : 2016, 2018, 2019. Ils sont adressés avec générosité par trois femmes, devenues trois amies : « Tu es formidable et tu es une très belle rencontre ». Ils fabriquent un refrain réconfortant, une musique nouvelle et enveloppante qui accompagne une révolution personnelle.

Ces 3 mots, entendus 3 fois, n’ont rien d’anodin. Séverine n’a pas l’habitude de recevoir des mots- cadeaux, elle, victime adolescente des mots qui blessent. Elle sait le poids des mots : les kilos ont disparu mais les mots durs sont restés, incorporés.

Il faut un déménagement en Province il y a 4 ans pour tout changer : freiner une vie à 100 à l’heure, autocentrée, lâcher les responsabilités, renoncer à la perfection, choisir d’être seule…lâcher prise. La révolte s’évapore dans le yoga et le sport. Séverine est apaisée.
Son image change et ces 3 mots la confortent. Elle n’a plus peur de dire et elle peut recevoir. La vie circule et fait son œuvre…

Séverine aime les mots. Elle veut les choisir, les lire et les écrire : autant un mot peut élever, autant ça peut détruire.

Une amie lui offre des gélules à message de la boutique, ils contiennent des mots-médicaments. Elle est touchée. Elle devient cliente parce que le site rayonne de réconfort et de bienveillance. On n’y offre moins des cadeaux que du lien et du partage.

Merci Séverine pour ces confidences. Je mesure avec admiration ce chemin de changement et de libération. Vous avez fabriqué un soleil dans votre ciel. Vous êtes formidable !

magali

 

 

Magali est « stérile ». C’est officiel, noir sur blanc dans le dossier médical. La fée des FIV exauce 2 miracles : Jeanne en 2010 puis Madeleine en 2013.

Il reste un œuf, congelé. Chaque année, il faut se préparer à l’appel du CHU et choisir : le conserver, le détruire, le donner à la science ou l’offrir.

En 2019, Magali et Nicolas décident d’offrir une possibilité d’enfant à un autre couple. Ce don de cœur se révèle un abandon juridique. Face à une procédure pénible, ils choisissent finalement, début décembre, de le détruire.

C’est Noël. Alors qu’elle dresse la table du réveillon, Magali a la nausée.
Le 28 décembre, le test est catégorique « enceinte + 3 semaines ».
S’ensuit une bordée de gros mots historique…. La vie est joueuse, encore faut-il être prêt à jouer.

Il y a quelques jours, Magali fait l’échographie des 3 mois. Elle est seule, on ne vient plus à deux aux rendez-vous, confinement oblige. Elle rentre à la maison avec un papier sur lequel est écrit le sexe du bébé. Ils vont le découvrir ensemble.

« C’est un garçon ! ». Ces quelques mots réunissent la famille dans une communion de bonheur, et ouvrent une voie royale à ce bébé. Magali croyait qu’elle n’aurait que des filles. Ces quelques mots donnent véritablement naissance à cet enfant. Le bonheur est dans la place.

Magali ne se sent pas d’affinités particulières avec les mots, ni avec sa capacité à exprimer ce qu’elle ressent. Les lectures scolaires obligatoires l’ont un peu dégouté des livres…jusqu’à Millenium ou l’entrée dans le plaisir de lire.

Elle aime la boutique pour la poésie qui s’en dégage et la capacité qu’ont les produits de nous raccrocher les uns aux autres. Elle a offert une poupée de guérison pour une amie qui l’a gardé jusqu’au bout comme un doudou.

Son mot préféré : forêt. Parce qu’il est beau visuellement et son accent circonflexe est une promesse de refuge.

Merci Magali de nous avoir livré ce scénario de comédie romantique. On dit souvent « ironie de l’histoire ». Je crois que la vie nous réserve bien plus joli que l’ironie. L’amour…. Ce bébé « garçon » arrive comme un cadeau du ciel. Je vous souhaite, à tous, de vous abandonner au bonheur d’être ensemble.

Poster un commentaire

  • Paiement sécurisé
    Commandez en toute sécurité
  • Livraison rapide
    Expédition & Livraison rapide
  • Service client
    À vos côtés 7j / 7 !
  • Satisfait ou remboursé
    14 jours pour changer d'avis
Voir les Voir le produits trouvés produit trouvé Pas de produits trouvés icon-close
Une erreur s'est produite, veuillez réessayer ultérieurement. Voir le produit Aucun produit n'a été trouvé lors de la recherche Nouveauté Promotion Solde Vente flash  € loading ending recherche
Chargement..